Analyse du profil de méthylation du sang total pour discriminer l’hypertension endocrine

R. Armignacco, P.S. Reel, S. Reel, A. Jouinot, A. Septier, C. Gaspar, K. Perlemoine, C.K. Larsen, L. Bouys, L. Braun, A. Riester, M. Kroiss, F. Bonnet-Serrano, L. Amar, A. Blanchard, A.P. Gimenez-Roqueplo, A. Prejbisz, A. Januszewicz, P. Dobrowolski, G.P. RossiL. Lenzini, F. Ceccato, C. Scaroni, P. Mulatero, A. Pecori, S. Monticone, F. Beuschlein, M. Reincke, M.C. Zennaro, J. Bertherat, E. Jefferson, G. Assié

Research output: Contribution to journalArticlepeer-review

Abstract

Objectif
L’hypertension artérielle est un facteur de risque majeur de morbidité et mortalité cardiovasculaire. Contrastant avec l’hypertension essentielle, majoritaire, l’hypertension peut être secondaire au syndrome de Cushing (CS), à l’hyperaldosteronisme primaire (PA), au pheochromocytome/paragangliome (PPGL). Leur détection efficace reste fondamentale pour orienter les patients vers un traitement spécifique. Des biomarqueurs facilement mesurables, en complément ou en remplacement des dosages hormonaux actuels, pourraient améliorer la détection de ces hypertensions endocrines.

Matériel/patients et méthodes
Le méthylome du sang total a été analysé (puce Illumina-850K) pour 255 patients avec une hypertension soit essentielle (n = 42) soit endocrine (n = 213, dont 57 CS, 101 PA, 55 PPGL).

Résultats
Le profil de méthylation des CpGs les plus variables (écart type) discrimine les échantillons selon leur statut, avec une marque d’hypomethylation dans les Cushing. En comparant de façon supervisée hypertension endocrine et essentielle, on identifie des CpGs et des gènes différentiellements méthylés dans chaque groupe (p-value ajoustée < 0,05), dont FKBP5 dans le CS parmi les plus significatifs. Quatre méthodes différentes de machine-learning (Lasso, Regression Logistic, Random Forest, Support Vector Machine) ont été utilisées pour la construction de modèles de prédiction d’hypertension endocrine. Les CpGs sélectionnés sur les sous-cohortes d’entraînement (80 % d’échantillons pour chaque groupe) ont été testés sur le reste d’échantillons. Le score de prédiction (exactitude ajustée) varie entre 0,55–0,74 pour l’hypertension endocrine (considérée comme groupe unique), 0,85–0,95 pour CS, 0,66–0,88 pour PA, et 0,70–0,83 pour PPGL.

Discussion
Le méthylome du sang total discrimine l’hypertension endocrine, avec des signatures de méthylation spécifiques à chaque type d’hypersécrétion hormonale.
Original languageFrench
Pages (from-to)297
Number of pages1
JournalAnnales d'Endocrinologie
Volume83
Issue number5
DOIs
Publication statusPublished - 24 Sep 2022

Cite this